Aperçu de l'actualité des marchés

Séance du 7 juin 2018 – Sommaire :

  • Le rebond sur l’euro amorcé hier par les propos très positifs de deux membres de la BCE, réveillant les anticipations de fin du QE à la fin d’année et de hausse de taux à horizon mi-2019, se prolonge ce jeudi même si la santé de l’Allemagne inquiète.
  • L’EUR/USD accentue son redressement et a franchi jeudi le seuil de $1,18 pour la 1ière fois depuis deux semaines – Rebond en cours de 2,4% sur les 7 dernières séances. L’ « effet BCE » se prolonge malgré la 4ième contraction consécutive des commandes industrielles en Allemagne.
  • L’EUR/GBP reste toujours aux portes des £0,88 alors que l’on observe aucune trace de Livre Blanc sur le Brexit de la part du gouvernement britannique à l’approche du Sommet européen de juin.
  • La paire EUR/JPY a franchi ce matin le seuil de ¥130 pour la 1ière fois depuis deux semaines. Visite à suivre du PM japonais S. Abe à Washington. Préparatifs du Sommet de mardi entre Etats Unis et Corée du Nord.
  • Le cours EUR/CHF se stabilise au-dessus de ₣1,16. Les pressions haussières ralentissent ce jeudi. Les craintes liées au référendum de dimanche en Suisse restent présentes.
  • Echange musclé hier entre Donald Trump et Justin Trudeau concernant la récente taxe sur l’acier adressée par Washington à son voisin. Perspective d’une issue positive sur l’ALENA qui s’assombrit. L’EUR/CAD rebondit à plus de C$1,53 ce matin (pic d’un mois atteint)
  • Forte correction du dollar australien ce matin après la publication d’un surplus commercial légèrement moins important que prévu. Correction haussière naturelle de l’EUR/AUD après l’important décrochage des dernière semaines. Retour au-dessus de A$1,54 ce matin.

Volatilité sur les marchés des changes– Dynamique de l’euro face à ses pairs :

USD

EUR/USD :À un peu plus d’une semaine d’une nouvelle réunion monétaire de la banque centrale européenne (jeudi 14 juin) en marge de laquelle seront publiées les nouvelles projections économiques trimestrielles, les propos de deux membres éminents de l’institution monétaire européenne ont ce mercredi très largement ravivé les spéculations d’arrêt définitif  du programme quantitatif dans un futur proche, et par corolaire renforcé l’espoir qu’une 1ière hausse de taux en Europe pourrait être elle-aussi rapidement opérée dans la foulée. Alors que le chef économiste de la BCE ; Peter Praet ; a fait part de son optimisme à l’égard d’une convergence en cours de la dynamique d’inflation en Europe vers son objectif de long terme de 2%, du côté du président de la banque centrale allemande et probable successeur de Mario Draghi à la tête de la BCE ; Jens Weidmann ; on a appuyé cette observation et renouvelé l’idée que le programme de rachat d’actifs devrait être stoppé d’ici la fin de l’année. Ces propos ont eu des répercussions directes sur les marchés monétaires et fait bondir les taux. Les investisseurs évaluent désormais à 70% la probabilité d’une hausse de taux à horizon juin 2019 contre 50% en début de semaine, le scénario d’une hausse de taux en juillet 2019 étant lui déjà pratiquement intégré. Profitant de ces mouvements spéculatifs, l’euro a très largement accéléré son redressement amorcé en début de semaine. Ainsi après avoir plafonné pendant 4 séances au niveau de $1,17, la paire EUR/USD a profité d’un rebond de presque 0,5% pour s’approcher du niveau de $1,18. Ce niveau a d’ailleurs été touché ce jeudi matin pour la 1ière fois depuis deux semaines alors que l’effet d’euphorie sur l’euro s’est prolongé en séance asiatique jeudi matin. On relèvera tout de même hier le recul inattendu du déficit commercial américain à son plus bas niveau depuis 7 mois, une nouvelle loin d’être anodine dans le contexte actuel de hausse des tensions commerciales. Pas de surprises en Italie où Giuseppe Conte, a obtenu très largement la confiance des députés (350 votes pour vs 236 contre), un résultat qui vient marquer le lancement officiel du mandat de la nouvelle équipe gouvernementale, dont le mot d’ordre est la mise en place d’une politique radicalement différente de ses prédécesseurs.

La nouvelle contraction surprise des commandes industrielles allemandes en avril(-2,5% M/M vs cons. +0,8%) – la 4ième consécutive – ne semble pas avoir eu de réels impacts sur la paire EUR/USD, laquelle accentuait son matin son rebond au-dessus du niveau de $1,18. Les difficultés de l’économie allemande qui est la principale victime en Europe de la politique protectionniste conduite par les Etats Unis suscite néanmoins des questionnements quant à l’impact potentiel sur l’ensemble de la Zone Euro. En tant que locomotive économique de la région, une Allemagne aux pieds d’argile c’est un risque de voir l’ensemble de l’économie de la Zone Euro vaciller. Il sera donc intéressant dans quel mesure l’euro peut encore progresser alors que les fondamentaux économiques n’offrent aucun soutien et que son embellie actuelle repose en grande partie sur des mouvements spéculatifs en amont de la réunion de la BCE de jeudi prochain. Beaucoup d’observateurs voient dans l’annonce de la fin du QE le signe d’une 1ière hausse de taux imminente en Europe, or cette hypothèse ne corrobore pas pour le moment avec la position officielle de la BCE. Aussi, prudence à l’effet de déception que causerait un discours allant à contre-sens des attentes.  Enregistrant un rebond de plus de 2% sur les 7 dernières séances(performance en cours), le potentiel haussier de la paire de change reste toujours limité avant d’avoir en main les détails des plans à venir des responsables monétaires américains (réunion de la Fed mercredi 13 juin) et européens (réunion BCE jeudi 14 juin). Si une stabilisation du cours de change apparaît dès lors probable (résistance observée au niveau de $1,1820), en cas de nouvelle accélération celui-ci pourrait alors voir son ascension stopper à l’approche du seuil de résistance de $1,1940.

Perf 2018 =-1,45% / Moyenne 2018 = $1,2163 / Point haut 6 juin 2018 = $1,1796 / Point bas 6 juin 2018 = $1,1708 / Clôture 6 juin 2018 = $1,1773

GBP

EUR/GBP : Profitant du rebond de l’euro provoqué par les propos optimismes de membres de la BCE, la paire EUR/GBP a consolidé sa position dans la partie supérieure de sa fourchette de prix £0,87-£0,88 (+0,31% à £0,8776), mais n’a cependant pas trouvé les ressources nécessaires pour sortir de ce couloir de fluctuation. La paire de change pourrait tenter à nouveau aujourd’hui de s’attaquer au seuil de £0,88, lequel fait preuve depuis trois semaines d’une belle résistance et n’a été franchi qu’à une seule reprise depuis le 15 mai dernier. Le cours de change était tout proche de cette barrière ce jeudi matin sous l’impulsion d’un effet prolongé en Asie de la dynamique de rebond de l’euro. Faute de chiffres économiques majeurs au Royaume-Uni sur cette fin de semaine, la volatilité de la livre sterling reste modeste. Les incertitudes autour du Brexit restent prédominantes et limitent pour l’heure le potentiel de redressement de la livre sterling. Interrogée mercredi par le chef de l’opposition Jeremy Corbyn (parti travailliste) sur la publication avant le Sommet européen de juin (28-29 juin) d’un Livre Blanc décrivant les propositions du Royaume-Uni concernant les contours de la future relation économique avec l’UE ; idée qui avait été évoquée par le gouvernement britannique lui-même ; la première ministre britannique Theresa May a préféré botté en touche. Un tel comportement vient renforcer l’idée que le gouvernement britannique n’est pas encore prêt et réfléchit encore aux propositions qu’il compte faire à Bruxelles, une situation qui accentue le risque de prolongement des négociations et d’absence d’accord conclu au moment de la sortie en mars 2019.

Perf 2018 =-1,15% / Moyenne 2018 = £0,8796 / Point haut 6 juin 2018 = £0,8788 / Point bas 6 juin 2018 = £0,8737 / Clôture 6 juin 2018 = £0,8776

JPY

EUR/JPY: Les spéculations autour d’une prochaine hausse de taux en Europe (de nouveau envisagée à horizon mi-2019) et la dissipation des incertitudes politiques en Europe (confiance obtenue par le PM italien auprès des deux chambres parlementaires & nomination d’un gouvernement pro-européen en Espagne) sont venues accentuer le renforcement de l’euro face au yen. Le cours EUR/JPY enregistre actuellement un rebond de plus de 3,5% sur les 7 dernières séances (performance en cours) et vient de repasser ce jeudi matin au-dessus du niveau de ¥130 pour la 1ière fois depuis deux semaines. Alors que le sommet entre Etats Unis et Corée du Nord approche à grand pas (mardi 12 juin au matin), on suivra avec attention les discussions ce jeudi entre Donald Trump et le premier ministre japonais Shinzo Abe, lequel est en visite officielle aujourd’hui à Washington. Plusieurs pays poussent pour que le président américain mette son homologue nord-coréen face à ses responsabilités concernant la question des droits de l’Homme or une telle décision pourrait se révéler risquée à ce stade. La question de la dénucléarisation de la Corée du Nord devrait rester la priorité du côté américain, cependant reste à savoir de quelle manière le dirigeant nord-coréen va réagir à cette requête. Une fin de non-recevoir de sa part viendrait alors doucher les espoirs de paix. Les tensions commerciales restent au cœur de l’actualité après l’échange musclé mercredi entre le président américain et le premier ministre canadien sur la question des récentes taxes sur l’acier adressées par Washington à son voisin canadien. Le Sommet du G7 qui débutera vendredi au Canada pourrait à nouveau mettre la lumière sur l’opposition entre les Etats Unis et ses partenaires commerciaux. De retour au centre du couloir de fluctuation de ¥129-¥131 -fourchette de prix observée en mai avant la chute de l’EUR/JPY en réaction à la montée des risques politiques en Italie – le cours EUR/JPY pourrait se stabiliser quelque peu eu égard aux évènements à risque à venir (G7 & Sommet Etats Unis/Corée du Nord).

Perf 2018 = -3,91% / Moyenne 2018 =  ¥132,02 / Point haut 6 juin 2018 =¥129,82 / Point bas 6 juin 2018 =¥128,59 / Clôture 6 juin 2018 =¥129,71

CHF

EUR/CHF : La paire EUR/CHF a été vivement impactée par le rebond de l’euro et le retour des spéculations monétaires sur les futurs choix de la BCE. Les divergences monétaires entre la Zone Euro et la Suisse ont été sur l’année passée le principal moteur de fluctuation de la paire de change, or celles-ci avaient récemment mis au banc faute de fondamentaux économiques décevants et d’apparition de nouvelles sources de turbulence politique en Europe. La hausse des anticipations de hausse de taux à horizon mi-2019 a permis de sortir l’EUR/CHF de sa torpeur et de parvenir à briser le plafond de1,16 qui lui faisait face depuis une semaine. Les pressions haussières semblent se stabiliser quelque peu ce matin, l’EUR/CHF consolidant néanmoins ses gains de la veille et se maintenant sur ses plus hauts niveaux depuis deux semaines . Les chiffres très décevants de commandes  industrielles en Allemagne viennent quelque peu atténuer l’euphorie récente sur l’euro, la faiblesse des fondamentaux économiques en Zone Euro sur le début d’année 2018 s’avérant être un grain de sable important pour la BCE au moment de faire des choix sur son futur calendrier.

Perf 2018 =-0,63% / Moyenne 2018 =  1,1717  / Point haut 6 juin 2018 =1,1639 / Point bas 6 juin 2018 =1,1529 / Clôture 6 juin 2018 =1,1612