Aperçu de l'actualité des marchés

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) : 

  • Recul du yen de 0,3% face à l’euro sur fond d’atténuation du sentiment d’aversion au risque en provenance des Etats Unis. Donald Trump a mis la pression pour que le vote du Congrès sur l’abrogation de l’Obamacare soit fait ce vendredi. Le cours EUR/JPY approche du niveau de ¥120.
  • Le dollar continue de naviguer en eaux troubles et attend l’issue du vote du Congrès américain. Cours EUR/USD assez stable ce matin autour de $1,0780.
  • Prises de profit sur la livre sterling qui s’est appréciée de près de 1% depuis mardi. Cours EUR/GBP autour de £0,8630 ce matin.
  • Léger recul du ZAR après avoir atteint hier un pic depuis 20 mois face à l’euro (EUR/ZAR vu sous le niveau de ZAR 13,41). Le cours de change repasse ce matin au-dessus de ZAR 13,46.

Focus de la veille : Imbroglio autour du vote sur l’abrogation de l’Obamacare…La livre sterling stimulée par une hausse importante des ventes au détail en février…La banque Barclays abandonne elle-aussi sa projection de retour à la parité pour l’EUR/USD

Etats-Unis : Le vote sur l’abrogation et le remplacement de l’Obamacare, supposé se tenir hier au sein de la Chambre des représentants, a finalement été reporté par le président de cette aile du Parlement, la faute à un manque de garantie d’un soutien de la réforme par l’ensemble des membres du parti Républicain. Plusieurs membres de la famille politique de Donald Trump, principalement de la frange radicale du parti Républicain, ont révélé leur opposition contre ce projet de réforme qu’ils jugent pas assez ambitieuse. Ce report du vote signe là un échec pour Donald Trump et son équipe alors que la suppression de l’Obamacare fut l’un des premiers décrets signés par le président américain lors de son arrivée au pouvoir fin janvier.

Royaume-Uni : Suite à la publication de statistiques d’inflation bien supérieures aux attentes (+1,4% M/M vs 0,4% en janvier), la livre sterling a rebondi à son plus haut niveau depuis trois semaines face à l’euro et depuis 1 mois face au dollar américain. Le cours EUR/GBP s’est approché du seuil des £0,86, sans toutefois l’atteindre (point bas enregistré sur le cours EUR/GBP à £ 0,8602).

EUR/USD : Après Deutsche Bank et Citi, c’est Barclays hier qui annoncé l’abandon de sa projection de chute du cours EUR/USD sous la parité cette année. Selon la banque, le cours pourrait chuter à un plus bas de $1,03 cette année de se redresser progressivement. Ce revirement de projection repose sur un optimisme désormais mesuré vis-à-vis de la politique de normalisation de la Fed et sur le potentiel retard pris par l’agenda de réforme économique de la Maison Blanche, et à l’inverse une sortie progressive de la politique ultra-accommodante de la BCE. Selon l’agence Reuters, les marchés évaluent à 60% la probabilité d’une hausse du taux de dépôt de la BCE d’ici la fin de l’année 2017.

En bref : Zone Euro - Hier était la dernière occasion pour les banques européennes d’obtenir  de la part de la BCE des prêts de financement sur 4 ans à un taux de 0% (programme TLTRO). Au total, la BCE a accordé pour €233,5Mds de prêts, un volume bien supérieur à la médiane de €110Mds estimée par l’agence Bloomberg. Ce niveau d’intérêt traduit ici une volonté des instituts bancaires européens de profiter d’un des derniers « cadeaux » de la part de la BCE alors que les marchés commencent à intégrer un début cette année de sortie progressive de la politique monétaire ultra-accommodante actuelle. Afrique du Sud – Sous l’impulsion de bons fondamentaux économiques récemment publiés et d’une atténuation du sentiment général d’aversion au risque sur les marchés, le rand sud-africain s’est renforcé de 1% face à l’euro – soit une performance depuis le début de la semaine de 1,7% - et atteint un nouveau pic depuis 20 mois sous le niveau de ZAR 13,41. Etats Unis – Le nombre d’inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage a progressé de 15 000 par rapport à la semaine dernière (258k vs 243k) alors que les économistes tablaient plutôt sur une baisse du nombre d’inscrits de 3000.

Focus du jour : Vote sur la réforme de l’Obamacare attendu aujourd’hui…Enquêtes préliminaires PMI attendues en Zone Euro (10h00) et Etats Unis (13h30)…Chiffres d’inflation au Canada (13h30)

Etats Unis : Face à l’imbroglio entourant le vote portant sur une réforme du projet de loi Obamacare, instauré comme son nom l’indique par l’ancien président B.Obama, Donald Trump a décidé de mettre la pression sur les députés. Si ces derniers refusent de voter ce vendredi les modifications apportées par la nouvelle équipe dirigeante, dès lors le texte de loi sera maintenu dans sa forme actuelle. Il reste à savoir si Donald Trump réussira par ce biais à convaincre la branche radicale du parti Républicain qui était pour l’heure défavorable à la nouvelle réforme.

PMI : Les premières enquête d’activité économique au mois de mars seront publiées ce matin en Zone Euro (France et Allemagne également) et cette après-midi aux Etats Unis. L’attention des marchés pourrait être plus accrue à l’égard des résultats publiés ce matin alors que plane toujours le spectre d’une potentielle inertie économique de la Zone Euro compte tenu des nombreuses incertitudes qui entourent la région. Si les élections législatives aux Pays-Bas ont envoyé un signal plutôt rassurant, les investisseurs ne veulent pas céder à la complaisance alors que l’on entame le dernier mois de la campagne présidentielle française avant le 1 er tour programmé le 23 avril prochain. Les économistes tablent sur un très léger ralentissement de l’activité des secteurs manufacturier et des services en Zone Euro en mars. Il existe un risque que ce recul soit un peu plus important qu’attendu.

Canada  : Le pays publiera en début d’après-midi ces statistiques d’inflation au mois de février. La croissance des prix à la consommation est attendue durant cette période en légère hausse (consensus : +0,2% M/M) bien que les prix aient fortement rebondi en janvier (+0,9% M/M). La dynamique à 12 mois est quant à elle attendue stable à 2,1%. En cas de ralentissement non attendu et important de la dynamique de prix dans le pays, nous pourrions voir émerger de nouvelles spéculations sur les marchés à terme à l’égard d’un scénario de baisse de taux d’intérêt à par la Banque du Canada, et de ce fait un recul du dollar canadien.

EUR

L’euro a enregistré hier sa seconde séance consécutive de recul face au dollar après avoir approché mercredi de son plus haut de l’année (pic recensé à $1,0825 cette semaine vs $1,0828 en 2017). On peut voir ici un phénomène de normalisation du cours de change qui a enregistré entre le 2 et le 21 mars un rebond de 2,9%, consécutif notamment à une actualité politique en France assez faible depuis le débat entre les principaux candidats de lundi soir. Bien que le marché commence à anticiper le début cette année d’une stratégie de resserrement monétaire très progressive de la part de la BCE, le maintien des incertitudes politiques relatives aux élections à venir, dans un mois en France et dans six mois en Allemagne, agit pour le moment comme un frein sur les taux longs européens. On suivra avec attention les enquêtes d’activité PMI du mois de mars qui nous indiqueront si les risques politiques qui planent au-dessus de la Zone Euro impactent directement la dynamique économique de la région (voir Focus du jour).

Aujourd’hui : Indice PMI en Allemagne, France et Zone Euro / Statistiques mensuelles de l’emploi en France

EUR/USD à 1,0782 (+0,02%)

USD

Le dollar a subi hier les spéculations et craintes des investisseurs qu’un échec du président américain à faire approuver sa réforme de l’Obamacare pourrait signaler un éventuel report dans le temps des projets de réformes fiscales et d’investissements en infrastructure, deux des principaux points du programme de Donald Trump sur lesquels reposent la vague d’optimisme survenue au lendemain de l’élection de novembre. Suite à l’annulation du vote hier, le président américain a mis la pression pour que ce vote se déroule ce vendredi (voir Focus du jour). Le dollar surveille avec attention l’évolution de la situation et continue de voguer en eaux troubles. Une approbation de la réforme aujourd’hui raviverait l’optimisme des investisseurs, ouvrant ainsi la porte à un renforcement du dollar. A l’inverse, si cette réforme se voit refuser alors que les Républicains disposent d’une majorité absolue au sein des deux chambres parlementaires, cela serait perçu comme un échec lourd de sens : la politique de croissance proposée par Trump en sera pas peut-être pas aussi facile à mettre en place.

En début d’après-midi, les Etats Unis publieront les résultats des premières enquêtes d’activité au mois de mars, ainsi que les statistiques de commandes de biens durables. Celles-ci sont attendues en hausse pour le second mois consécutif, ce qui conforterait la bonne santé actuelle de l’économie américaine.

Aujourd’hui : Commandes de biens durables / Enquêtes préliminaires PMI / Vote de la Chambre des représentants sur la réforme de l’Obamacare

GBP

La livre sterling s’est appréciée de 0,9% face à l’euro depuis lundi, et de 1,9% depuis le point bas atteint le 10 mars dernier. Le cours EUR/GBP s’est approchée hier très près du seuil de £0,86 qu’il n’a plus atteint depuis le 3 mars dernier, sans toutefois l’atteindre (point bas recensé à £0,8602). La solidité des fondamentaux (inflation & ventes au détail ressorties en nette hausse cette semaine) au Royaume-Uni a alimenté cette semaine les spéculations autour d’une possible hausse de taux à venir de la part de Banque d’Angleterre, bien que ce scénario fasse débat dans un contexte politique actuellement incertain. En l’absence de données majeures ce vendredi (statistiques de prêts hypothécaires ce matin) au Royaume-Uni et alors que la date officielle de lancement du ‘Brexit’ approche (29 mars) ; sans que l’on sache réellement qu’elle sera la direction prise par la livre sterling à ce moment précis ; on pourrait voir aujourd’hui quelques prises de profit de fin de semaine d’investisseurs clôturant leur position.

Aujourd’hui :  Prêts hypothécaires

EUR/GBP à 0,8632 (+0,24%)

CHF

La volatilité sur le franc suisse est restée hier très modeste, ce qui semble signaler une position d’observation adoptée par les investisseurs à l’égard des évènements se déroulant actuellement aux Etats Unis (attente du verdict du vote sur la réforme de l’Obamacare) et en France (poursuite de la campagne présidentielle). Le cours EUR/CHF repose actuellement sur un support de ₣1,0700/10 en attendant de voir comment les évènements vont évoluer des deux côtés de l’Atlantique.

Aujourd’hui :  Pas de chiffres clés

EUR/CHF à 1,0702 (-0,07%)