Aperçu de l'actualité des marchés

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Recul momentané des tensions géopolitiques – l’EUR est ce matin dans le vert face à quasiment l’ensemble de ses pairs du G10 – L’EUR/JPY rebondit ce matin de 0,4% et approche le seuil des ¥117
  • Nouveau recul important du dollar australien qui poursuit sa chute entamée la veille – l’EUR/AUD est aux portes du seuil des A$1,43 et approche de ses plus hauts niveaux observés sur les 3 derniers mois.
  • EUR/GBP stable après la chute enregistrée par le cours sur les 3 derniers mois. Le cours de change oscille autour du niveau de £0,8350 (plus bas niveau depuis juillet 2016).

Focus de la veille:  La livre sterling clôture à son plus haut niveau depuis 9 mois après l’annonce d’une élection anticipée en juin prochain…Les investisseurs questionnent la solidité de l’économie américaine…Devises liées au matières premières en difficulté (AUD & CAD)…Le FMI entrevoit le début d’une possible accélération de l’économie mondiale

Royaume-Uni : L’annonce par Theresa May d’une organisation d’élections législatives le 8 juin prochain a été favorablement accueillie par les marchés financiers qui y voient l’opportunité d’avoir un gouvernement fort (le parti conservateur renforcerait sa majorité actuelle au Parlement si on se base sur les sondages actuels) et stable durant la période de négociation qui s’étendra jusqu’à mars 2019. Il s’agit d’une source d’incertitude en moins à incorporer alors que le processus de rupture pourrait s’avérer difficile et long. La livre sterling s’est ainsi appréciée de plus de 1% face à l’euro suite à l’annonce faite par T.May – effet démultiplicateur offert par la frilosité actuelle des marchés vis-à-vis de l’euro en amont du 1er tour de l’élection présidentielle dont l’issue reste très incertaine – et ainsi clôturé à son plus haut niveau sur les 9 derniers mois.

Performance de l’EUR/GBP hier : -1,36% - Point bas à £0,8313 (plus bas niveau observé depuis le 5 décembre 2016) / Clôture à £0,8352 (plus bas niveau depuis le 21 juillet 2016)

Etats Unis : Le dollar américain a connu une journée difficile hier, la faute à une accumulation d’éléments qui poussent les investisseurs à questionner la solidité actuelle de l’économie américaine, et surtout ses perspectives d’accélération. Les investisseurs ont encore en tête les chiffres décevants d’inflation et de ventes au détail publiés vendredi, et n’ont pas été réconforté par les résultats trimestriels décevants de grandes entreprises américaines (IBM & Goldman Sachs notamment) publiés hier. En ce qui concerne les perspectives de l’économie américaine, l’aveu fait par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, que la grande réforme fiscale, mesure phare du programme de Trump sur laquelle repose une grande part de l’optimisme actuel des marchés financiers, ne devrait pas voir le jour d’ici août (« pas réaliste » selon Mnuchin) suggère que la politique économique expansionniste promise par Trump ne devrait avoir qu’un apport mesuré sur l’économie réelle. A noter également que le FMI a maintenu sa projection de croissance aux Etats Unis en 2017 inchangée hier à 2,3%.

Performance de l’EUR/USD hier : +0,86% - Point haut à $1,0736 (plus haut niveau observé en avril) / Clôture à $1,0732 - Performance de l’EUR/CNH hier : +0,89% - Point haut à CNH 7,3905 (plus haut niveau observé en avril) / Clôture à CNH 7,3760

Pétrole : Les cours du pétrole ont enregistré hier leur 3ième séances de baisse sur les quatre derniers jours, soit une performance totale de -2,4% pour l’indice Brent/-1,9% pour l’indice WTI sur la période, et atteint hier un plus bas depuis une semaine. Ce nouveau recul a été provoqué par l’annonce faite hier par le gouvernement américain indiquant que la production domestique de schiste bitumeux devrait enregistrer en mai sa plus forte progression mensuelle depuis plus de deux ans. Face à l’activité pétrolière soutenue de plusieurs membres non-OPEP, principalement les Etats Unis, les investisseurs restent sceptiques quant à l’efficacité de l’OPEP à réduire le déséquilibre entre offre et demande sur les marchés mondiaux. Le prix du baril de Brent a clôturé sous les $55 hier quand celui du WTI a terminé la session de mardi sous le seuil de $52,5.

La forte chute du loonie canadien hier repose également sur une réévaluation à la baisse parmi les investisseurs d’un changement de la politique monétaire de la BoC à court et moyen terme. Hier le FMI a maintenu sa projection de croissance de 1,9% pour l’économie canadienne en 2017, un chiffre qui paraît aujourd’hui en léger décalage avec la projection de 2,6% prononcée plus tôt dans l’année par le gouvernement de Trudeau.

Performance de l’EUR/CAD hier : +1,28% - Point haut à C$1,4379 (plus haut niveau observé en avril) / Clôture à C$1,4351

Le dollar australien a subi quant à lui le pessimisme des marchés suite aux propos prudents de la part de la RBA dans le compte rendu de sa dernière réunion monétaire et à l’extension de la chute des cours des contrats futurs sur le minerai de fer qui ont atteint hier son plus bas niveau depuis près de 5 mois à $70/oz (-20% sur les quatre dernières semaines).

Performance de l’EUR/AUD hier : +1,22% - Point haut à A$1,4207 (plus haut niveau depuis une semaine) / Clôture à A$1,4192

FMI : Intitulé « Un nouvel élan ? », le nouveau rapport semestriel du FMI se démarque des précédents rapports publiés par l’organisation internationale par sa teinte « légèrement » optimiste. En effet, dans ce rapport la projection de croissance mondiale en 2017 est révisée de 0,1% à 3,5%, ce qui constituerait une vive accélération après la performance de 3,1% enregistrée en 2016. Les projections économiques aux Etats Unis demeurent inchangées par rapport aux estimations publiées en janvier dernier, soit une croissance de 2,3% en 2017 et 2,5% en 2018. Cependant le chef économiste du FMI prévient qu’une accélération de l’économie américaine, illustrée notamment par une diminution du nombre de personnes inactives sur le marché du travail, couplée à un réforme fiscale expansionniste pourraient ouvrir la porte à une accélération du processus de normalisation des taux par la Fed. Les projections de croissance en 2017 en Zone Euro (+0,1%) et au Royaume-Uni (+0,5%) ont été quant à elles révisées à la hausse par rapport à janvier. Dans le cas du Royaume-Uni, le FMI estime que les effets du ‘Brexit’ sur l’économie ne devrait pas observable avant 2018 (projection de 1,5% ; +0,1% vs janvier).

Focus du jour  :  Estimations finales de l’inflation en Zone Euro (11h00)…Livre Beige de la Fed (20h00)…Vote du parlement britannique sur l’organisation d’élections législatives anticipées en juin…Discussion à trois entre Etats Unis, Japon et Corée du Sud sur le cas de la Corée du Nord

Zone Euro : En fin de matinée, la Zone Euro publiera les estimations finales de ses chiffres d’inflation au mois de mars. Les économistes tablent sur une confirmation de l’important ralentissement de la dynamique de prix au mois de mars (1ère estimation : 1,5% A/A vs 2,0% en février).

Etats unis : En début de soirée, sur les coups de 20h00, la Fed publiera son livre Beige qui présentera un état des lieux de la dynamique économique dans plusieurs grandes régions des Etats Unis. Ce rapport permettra de jauger et d’apporter un début d’éclaircissement aux questions que se posent actuellement les investisseurs sur la réelle solidité de l’économie américaine. Plusieurs chiffres décevants récemment publiés ont fait émerger quelques doutes sur les marchés.

Royaume-Uni : Suite à l’annonce faite hier par la première ministre britannique, les députés seront amenés à voter aujourd’hui le projet d’organisation d’élections législatives anticipées en juin prochain. Disposant d’une majorité à la Chambre des Communes, il apparaît peu probable que cette proposition de Theresa May soit rejetée. Grâce à cette élection anticipée, Theresa May pourrait, en cas de victoire, consolider sa position en tant que chef du gouvernement jusqu’en 2022.

Géopolitique : Responsables américain, sud-coréen et japonais se retrouvent à Tokyo pour discuter de la menace nord-coréenne et des solutions à considérer pour assurer une stabilité dans la région.

EUR

L’EUR/USD a enregistré un solide rebond hier au-dessus du niveau de $1,07, un niveau attractif (inespéré ?) à l’approche du premier scrutin de l’élection présidentielle française qui concentre beaucoup de craintes. Le résultat final reste très flou tant l’écart entre les différents principaux candidats reste faible. Une enquête publiée ce matin par le centre de recherche de Science Po (Cevipof) indique une érosion de la popularité des deux favoris que sont E.Macron et M.Le Pen, et à l’inverse une montée en puissance des deux challengers F.Fillon et J-L.Mélenchon. Le point clé à retenir demeure qu’un quart des électeurs seraient toujours à ce stade indécis, ce qui laisse la place à d’éventuelles surprises.

On suivra avec attention la publication en fin de matinée des estimations finales d’inflation en Zone Euro, et les déclarations dans l’après-midi de Benoit Coeuré. Un retour des projecteurs sur la politique prudente de la BCE, dans un environnement où l’inflation peine à confirmer un redressement durable, pourrait venir peser sur le cours de change.

Aujourd’hui :  Inflation & Balance commerciale en Zone Euro / Discours de B.Coeuré

EUR/USD à1,0733 (+0,01%)

USD

Le dollar a chuté à son plus bas niveau depuis deux semaines face à un panier de devise sous l’effet d’une contraction de l’optimisme global des investisseurs à l’égard de l’économie américaine (voir Focus de la veille). Précédemment évaluée à plus de 60% en début de mois, la probabilité d’une hausse de taux par la Fed en juin est désormais de « seulement » 45% d’après l’indice CME FedWatch Tool. En l’absence de chiffre clé, le dollar américain devrait fluctuer au gré des publications trimestrielles des entreprises et du sentiment général des marchés en amont des élections françaises et des négociations actuelles pour tenter de juguler la menace nord-coréenne en Asie. L’évènement majeur aujourd’hui sera la publication du livre Beige de la Fed en début de soirée (20h00 – voir Focus du jour)

Aujourd’hui : Livre Beige de la Fed

GBP

La livre sterling pourrait subir quelques effets normatifs baissiers de la part d’investisseurs souhaitant verrouiller leurs profits alors que la devise britannique est actuellement sur ses points hauts face à l’euro depuis l’annonce du Brexit en juin dernier (voir Focus de la veille). Toutefois, compte tenu le climat actuel et la focalisation de l’attention des marchés vers la France et la Corée du Nord, ainsi que l’absence de données clé jusqu’à vendredi au Royaume-Uni (ventes au détail), la livre sterling pourrait rester fortement valorisée. L’évènement clé à suivre aujourd’hui sera le vote du parlement  du projet d’organisation d’élections législatives anticipées en juin prochain. Selon toute vraisemblance, ce projet devrait être validé.

Aujourd’hui :  Vote du parlement sur le projet d’organisation d’élections législatives anticipées en juin

EUR/GBP à0,8356 (+0,05%)

CHF

Volatilité mesurée sur la devise suisse alors que l’annonce d’élection anticipée au Royaume-Uni en juin vient alourdir un calendrier électoral déjà chargé en Europe (France et Allemagne en 2017, Italie en 2018). Le spectre des élections françaises et son lot d’incertitude maintiennent le franc suisse à un haut niveau comme l’illustre le nouveau pic observé ce matin de l’indice de volatilité implicite à horizon une semaine sur le cours EUR/CHF (voir graphe de droite). La reconnaissance faite par le gouvernement américain selon laquelle la Suisse n’est pas reconnue comme un « manipulateur » de sa monnaie a finalement eu peu d’impacts sur le franc, si ce n’est le consolider sur son niveau actuel. Jusqu’à dimanche, le cours EUR/CHF pourrait continuer de fluctuer globalement autour de son support de ₣1,0680, mais la paire reste exposée à un risque de chute vers la borne de ₣1,06 en cas de nouvelle panique des marchés.

Aujourd’hui :  Pas de chiffres clés

EUR/CHF à1,0693 (+0,07%)