Aperçu de l'actualité des marchés

Points clés (séance asiatique/ouverture de la séance européenne) :

  • Nouveau pic en avril atteint par le cours EUR/USD ($1,0747 touché) alors que le Livre Beige de la Fed ne convainc pas les marchés et que la chute des cours du pétrole pèse sur le dollar américain.
  • Retour du cours EUR/JPY au-dessus de ¥117 ce matin alors que les tensions géopolitiques s’apaisent et que l’on semble s’écarter d’un scénario d’intervention unilatérale des Etats Unis en Corée du Nord. Rencontre prévue aujourd’hui entre D.Trump et le premier ministre italien.
  • Les devises pétrolières telles que le CAD et la NOK poursuivent leur recul au lendemain de la chute de 3,5% des cours du baril.

Focus de la veille:  La livre sterling clôture à son plus haut niveau depuis 9 mois après l’annonce d’une élection anticipée en juin prochain…Les investisseurs questionnent la solidité de l’économie américaine…Devises liées au matières premières en difficulté (AUD & CAD)…Le FMI entrevoit le début d’une possible accélération de l’économie mondiale

 Zone Euro : Sans surprise, la seconde estimation des statistiques d’inflation générale en Zone Euro au mois de mars est ressortie conforme aux attentes, à un niveau inchangé par rapport aux chiffres préliminaires. La dynamique de prix à la consommation a donc progressé de 1,5% en rythme annuel, soit une dynamique bien inférieure à celle de 2,0% entrevue en février. Malgré une inflation quelque peu instable, les membres de la BCE apparaissent quelque peu divisés en ce qui concerne la situation actuelle de la Zone Euro. Dans les rangs des optimistes, on trouve Benoit Coeuré qui écarte tout scénario de nouvelle dégradation économique de la région et voit une perspective pour une prochaine normalisation de la politique monétaire ultra accommodante menée actuellement en Zone Euro. Dans l’autre camp, celui des plus réservés sur la santé économique actuelle de la Zone Euro, on retrouve le président de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, et le chef économiste de la BCE, Peter Praet, qui estiment qu’il existe toujours des risques baissiers dans la région et que dans ces conditions la politique actuelle reste appropriée. Alors que les marchés s’attendent à une position très prudente de la BCE lors de sa réunion du 26 et 27 mai prochain, les propos « optimistes » délivrés par B.Coeuré suggèrent une communication potentiellement plus contrastée.

Etats Unis : Le Livre Beige de la Fed indique que la croissance économique progresse à un rythme « modérément modeste » dans les 12 districts couverts par l’étude. Si on observe une progression générale des salaires, la faute à une pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs, le rapport signale que de manière générale cette dynamique ne se matérialise pas en une hausse substantielle de l’inflation. Au centre des débats depuis quelques semaines, le Livre Beige ne fait aucune référence à un projet de réduction de bilan par la Fed. Sur la base de ce rapport, il est difficile d’entrevoir une nouvelle intervention de la Fed à court terme, pour cela il faudra attendre d’avoir davantage de preuves en ce qui concerne une accélération de la croissance et de l’inflation aux Etats Unis. Les marchés ont peu réagi à la publication de cette analyse économique de la Fed, la probabilité d’une hausse de taux en juin restant inférieure à 50% selon l’indice CME FedWatch Tool.

Performance de l’EUR/USD hier : -0,21% - Point bas à $1,0698 / Clôture à $1,0709

Royaume-Uni : Le parlement britannique a voté hier à une majorité écrasante (522 voix pour vs 13 contre) l’organisation d’élections législatives anticipées le 8 juin prochain. Grâce à cette élection, la première ministre espère accroître sa majorité au sein du parlement et ainsi couper court aux tentatives d’obstacles que souhaiteraient potentiellement mener les opposants au ‘Brexit’. Actuellement, le parti conservateur de Theresa May ne dispose que d’une majorité de 17 sièges (sur un total de 650) au sein de la Chambre des Communes. Les prédictions actuelles indiquent que cette majorité pourrait monter à 150 sièges, ce qui permettrait ainsi au gouvernement d’assurer des négociations de sortie avec les responsables européens sans craindre d’éventuelles pressions et conflits internes. Ci-dessous, quelques graphes illustrant le rapport de force actuel au sein du parlement britannique et son évolution potentielle.

Performance de l’EUR/GBP hier : +0,35% - Point haut à £0,8389 / Clôture à £0,8381

Pétrole : Les prix du pétrole ont chuté hier de 3,5%, l’indice Brent clôturant la journée à son plus bas niveau en avril sous le seuil de $53. L’indice Brent enregistre ainsi un recul de 5,9% sur les 5 dernières séances alors que plusieurs enquêtes illustrent une hausse de la production de pétrole des pays industrialisés, et notamment des Etats Unis, mettant à mal le projet des membres de l’OPEP et de la Russie de réduire les stocks mondiaux et d’assurer un rééquilibrage entre offre et demande.

Performance de l’EUR/CAD hier : +0,63% - Point haut à C$1,4458 (plus haut niveau en avril) / Clôture à C$1,4441 - Performance de l’EUR/NOK hier : +0,65% - Point haut à NOK 9,1945 (plus haut niveau en avril) / Clôture à NOK 9,1898

Focus du jour  :  Discours de Mark Carney à Washington (17h30)…Activité commerciale soutenue au Japon… Premier voyage international pour Donald Trump…Dernière cartouche pour convaincre pour les candidats en France ? (20h00)

Mark Carney (BoE) : Présent à Washington en marge du séminaire semestriel de la Banque Mondiale et du FMI réunissant les ministres des finances et banquiers centraux des principales économies mondiales, le gouverneur central de la Banque d’Angleterre tiendra un discours dont le script sera publié en fin d’après-midi en Europe. A l’occasion de cette sortie, Carney pourrait revenir sur les récentes publications économiques illustrant une certaine résilience économique prolongée du pays, et évoquer la stratégie de la banque centrale en matière de politique monétaire.

Japon : Pour le second mois consécutif, le Japon a enregistré une hausse de ses exportations supérieure à 10% en glissement annuel (12,0% A/A en mars vs 6,7% attendu et 11,3% en février). Il s’agit de la plus forte dynamique observée depuis janvier 2015. Le surplus commercial recule légèrement par rapport au mois dernier, la faute à une accélération importante des importations (+15,8% A/A en mars), mais celui-ci reste malgré tout très important (¥615,0Mds vs ¥813,5Mds en février). Cette activité commerciale souligne la bonne santé de l’économie japonaise en ce début d’année, et confirme une dynamique de hausse de la demande mondiale suggérée par une croissance soutenue en Chine au T1 2017 (6,9% A/A).

Donald Trump : Pour son premier voyage international depuis son investiture, le président américain se rendra aujourd’hui en Sicile où il rencontrera le premier ministre italien Paolo Gentilini. A cette occasion, il pourrait être discuté d’une possible stratégie de l’OTAN pour tenter de traiter du cas syrien et nord-coréen.

France : Ce soir à partir de 20h00, aura lieu sur France 2 la dernière émission politique télévisée à une heure de grande écoute avant le premier tour de l’élection présidentielle française qui se tiendra ce dimanche. Sauf surprise de dernière minute, les onze candidats devraient être présents ce soir sur le plateau. A l’inverse des deux précédents évènements réunissant les prétendants à l’Elysée, il ne s’agira pas d’un débat entre les candidats mais d’un entretien de 15 min face aux journalistes politiques de la chaîne durant lequel ils tenteront tous de convaincre les derniers indécis. Une enquête Cevipof publiée hier indique qu’un quart des électeurs n’a toujours pas fait son choix. Aussi à l’heure où les écarts entre les quatre principaux favoris sont faibles, chaque voix désormais compte . C’est Jean-Luc Mélenchon qui ouvrira le bal à 20h00, et c’est François Fillon qui le clôturera.

EUR

On a observé hier une très légère contraction de l’EUR/USD sur fond de rebond du dollar américain. Le cours se maintient malgré tout pour le moment sur ses hauts niveaux du mois d’avril, au-dessus du seuil de $1,07. Compte tenu de l’approche des élections françaises, on observe une certaine inertie de l’euro, les investisseurs demeurant dans une position d’observation en attendant le résultat du scrutin qui demeure toujours hautement incertain. Ce soir, les onze candidats auront l’occasion de tenter de convaincre les derniers indécis à l’occasion d’une émission télévisée diffusée à une heure de grande écoute sur une chaîne publique (voir Focus du jour). Globalement, jusqu’à dimanche la volatilité du cours EUR/USD devrait selon toute vraisemblance être principalement influencée par la valorisation du dollar américain, comme l’a confirmé le rebond inattendu du cours ce mardi.

Aujourd’hui :  Indice préliminaire de confiance des ménages

EUR/USD à1,0742 (+0,31%)

USD

Le Livre Beige de la Fed a offert peu de visibilité sur les prochaines actions de la Fed, sinon que son ton neutre semble confirmer une stratégie de normalisation monétaire graduelle dans le pays et jette un discrédit sur l’éventualité d’une hausse de taux d’ici la fin du second trimestre. Après deux hausses de taux en 3 mois, l’économie américaine ne semble pas croître à un rythme aussi soutenu qu’espéré, et ne pourra pas compter dans les prochains mois sur un coup de pouce de la Maison Blanche, les réformes économiques promises par Trump prenant plus de temps que prévu à se mettre en place. Le contexte économique, et géopolitique actuel, ne semble pas justifier dans l’immédiat une nouvelle intervention…du moins pas sans de nouvelles preuves tangibles d’une accélération de l’économie et de l’inflation. Le dollar américain est de nouveau en recul ce matin et retombe sur ses plus bas niveaux du mois d’avril. On suivra aujourd’hui les échanges entre le président américain et le premier ministre italien à l’occasion du premier voyage officiel de Donald Trump depuis son investiture.

Aujourd’hui : Indice d’activité de la Fed de Philadelphie

GBP

Comme on pouvait globalement s’y attendre, la livre sterling a légèrement reculé hier face à l’euro après le rebond de 1,3% enregistré lors de la session de mardi et l’annonce d’élections législatives anticipées. La livre sterling reste cependant fortement valorisée face à l’euro, le cours EUR/GBP se maintenant sous le seuil de £0,84, une zone peu visitée par le cours de change depuis le mois de juillet 2016. Un nouveau facteur pourrait venir aujourd’hui accentuer la dynamique haussière actuelle sur la devise britannique : la banque centrale et son gouverneur Mark Carney qui s’exprimera depuis Washington en amont du séminaire semestriel de la Banque Mondiale et du FMI qui débutera ce vendredi. Une question pourrait malgré tout se poser à court terme : le renforcement soudain de la livre sterling face à l’euro (près de 5% depuis le 10 mars) est-il justifié alors que les négociations n’ont toujours pas débutée et que l’on ignore toujours la position du camp européen ? Une contraction potentielle des incertitudes à l’égard de l’euro une fois les élections françaises passées pourrait provoquer un rebond du cours EUR/GBP vers sa moyenne de l’année (£0,8570).

Aujourd’hui :  Discours de Mark Carney

EUR/GBP à0,8376 (-0,06%)

CHF

Que dire d’autre que ce qui a déjà été maintes fois rabâché au cours des derniers jours/semaines…Avec un euro peu attractif et des investisseurs déjà fortement positionnés sur le franc suisse pour se couvrir contre d’éventuelles tumultes à venir sur les marchés des changes au lendemain du premier scrutin des élections françaises, la volatilité sur le cours EUR/CHF reste très modérée, pour ne pas dire nulle. Avec des investisseurs en position d’observation avant cet évènement majeur, on reste dans la situation d’un EUR/CHF oscillant autour du niveau de ₣1,0680, et demeurant sensible au rebond temporaire du cours EUR/USD (risque de franchissement du seuil de ₣1,07 pour la paire EUR/CHF). A noter qu’au fur et à mesure que l’on approche du 1er tour en France, l’indice de volatilité à horizon 1 semaine sur le cours EUR/CHF continue de progresser.

Aujourd’hui :  Pas de chiffres clés

EUR/CHF à1,0699 (+0,09%)